Les actualités

Sensibilisation à la prévention du périnée pour nos sportives de haut-niveau

Dans ses missions d’accompagnement des jeunes sportif(ve)s de haut-niveau figure celui de la prévention – éducation à la santé. C’est dans ce cadre que notre médecin le Dr Emmanuel REBOURSIERE a récemment mis en place plusieurs interventions sur la nécessité pour les jeunes sportives de préserver leur périnée. Pour ce faire, nous avons accueilli le Dr Anne-Cécile PIZZOFERRATO, Gynécologue au CHU de Caen (à l’initiative du projet), le Dr Marion ROUSSEAU, médecin généraliste rattachée au Service de Gynécologie du CHU de Caen (également spécialisée dans le champ de la cybersexualité, elle est intervenue sur ce thème auprès de nos jeunes, NDLR) et Véronique BLANCHARD, kinésithérapeute spécialisée dans la rééducation du périnée.

De gauche à droite : Dr Anne-Cécile PIZZOFERRATO, Véronique BLANCHARD (kinésithérapeute) et le Dr Marion ROUSSEAU.

L’objectif est simple : éviter la descente d’organes et l’incontinence dans la vie adulte. Véronique BLANCHARD : L’incontinence et la descente d’organes sont des pathologies très fréquentes chez les femmes parce que leur plancher pelvien est plus sollicité que celui des hommes.

Oui, contrairement aux idées reçues, les hommes aussi ont un périnée ! Il faut mettre en place de bonnes habitudes dès le plus jeune âge pour éviter qu’elles ne disent plus tard « si j’avais su ça à leur âge… ».
Pour le Dr ROUSSEAU : les jeunes sont avides d’entendre, mais le langage utilisé n’est pas toujours adapté. Notre mission, à toutes les 3, est de trouver les bons mots pour que le message passe et leur faire prendre conscience des enjeux pour leur vie future de femme. Il faut préserver l’athlète dans un premier temps pour lui permettre de performer, mais aussi l’être humain dans sa globalité. Nous faisons de la prévention primaire : Nous voulons faire passer le message que prendre de bonnes habitudes très jeune dans la vie de tous les jours, permet d’intégrer les bons réflexes pour que ça devienne automatique. Notre leitmotiv : le périnée, c’est important, c’est facile d’en prendre soin en évitant les mauvaises habitudes urinaires et digestives. » (Véronique BLANCHARD)

Dr PIZZOFERRATO : « A l’origine, la demande est partie des femmes du service de Gynécologie du CHU qui avaient besoin d’informations sur un sujet souvent tabou. Il faut savoir que les statistiques sont faites à partir des personnes qui se plaignent. Or, la jeune sportive ne va pas aller se plaindre spontanément. Nous avons imaginé un ensemble d’outils simples et faciles à appréhender, avec un vocabulaire que nous adaptons en fonction de l’âge des personnes auquel on s’adresse, parce que les mots et la façon d’en parler ont leur importance si on veut que le message passe auprès du plus grand nombre. Nous sommes particulièrement heureuses et fières d’intervenir pour le Centre Sportif de Normandie, ce que nous faisons auprès de ces adolescentes, c’est une grande première en France ! ».