Les actualités

Un double médaillé olympique au CSN!

Mathieu Gourdain, double médaillé d’argent olympique à Sydney en 2000, intervenait hier auprès d’Escrimeurs normands en formation au CSN sur son arme de prédilection : le Sabre.

Une dizaine d’élèves étaient très à l’écoute des conseils prodigués par celui qui ravit par 2 fois l’argent : en individuel (défaite 15-12 en finale face au Roumain Covaliu) et par équipe en Australie.

 

Mathieu Gourdain, ici au centre de la photo, conseille et guide les stagiaires au maniement du Sabre.

 

Alors qu’on lui demande pourquoi cette intervention au CSN, Mathieu nous répond être venu rencontrer Antonio Meffé (Maître d’Armes et Conseiller Technique Régional au Comité Régional de Normandie),: “Je suis en formation DESJEPS à l’INSEP, et je suis venu voir Antonio, échanger avec lui sur ma formation. J’en profite pour intervenir auprès des personnes présentes sur la formation mise en place par le Comité Régional. J’accompagne aussi mon fils qui participe au stage qui se déroule en même temps”.

 

“En passant à un endroit précis, j’ai eu un flash et me suis revu 35 ans en arrière”

 

A la question “Connaissiez-vous les lieux avant aujourd’hui?”, la réponse du multi-médaillé aux Championnats du Monde ne se fait pas attendre : “La première fois remonte à 30-35 ans je dirais, mais pas depuis. Je suis pourtant venu plusieurs fois en vacances à Cabourg et Dives sur Mer, mais pas à Houlgate. En accompagnant mon fils vers les gymnases du haut tout à l’heure, j’ai eu comme un flash. En passant à un endroit précis, je me suis revu 35 ans en arrière. Mon Maître d’Armes nous avait fait un briefing exactement à l’endroit où on monte vers les gymnases d’un côté et il y a le bâtiment Rencontres de l’autre. Cet instant m’a marqué, je m’en souviens comme si c’était hier.”

 

 

Et Antonio d’ajouter : “L’Escrime a une longue histoire avec Houlgate. Je me souviens que mon Maître d’Armes y a préparé les Jeux Olympiques de Mexico en 1968 et de Munich en 1972. L’équipe de France est venue plusieurs fois ici, et c’était déjà à Coubertin”.

 

De là à dire qu’Houlgate est une terre de champions, il n’y a qu’un pas. Ou une fente avant.