Les actualités

Maëlyn MICHEL, une Top 10 mondiale au CSN

En novembre dernier, elle décrochait la 10è place à la Coupe du Monde U17 d’Haltérophilie organisée… en visio à l’INSEP, crise sanitaire oblige.

A seulement 16 ans, Maëlyn MICHEL est récemment entrée dans la longue liste des jeunes sportifs accompagnés par le Centre Sportif de Normandie (plus de 200 cette année).
Entraînée par son père Fabien et accompagnée par son oncle Romuald ERNAULT, CTR de la Ligue de Normandie (et lui-même ancien sportif de haut-niveau : 7è aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004, 10è aux Championnats du Monde, plusieurs titres et records nationaux…), nous avons voulu savoir comment s’était opéré ce rapprochement entre une jeune fille prometteuse licenciée au Caen CHM et le CSN. Entretien.

Romuald, 4 ans après sa création, le CSN accompagne désormais Maëlyn qui devient la première haltérophile à bénéficier de nos services. Comment cet accompagnement s’est-il mis en place?

C’est le fruit de plusieurs facteurs. Le premier est médical : il y a quelques mois, Maëlyn est revenue fatiguée d’un stage, avec des douleurs dorsales persistantes. Jusqu’à présent, elle n’était suivie que par son médecin traitant, et pas par un médecin du Sport à proprement parler, et on s’est dit qu’une expertise nous était nécessaire pour comprendre d’où venaient ces douleurs. Après contact avec Marc COLLYER, nous avons consulté le Docteur REBOURSIERE au CSN pour avoir un diagnostic plus précis.

Peu de temps après, nous apprenions par la Fédération que la Coupe du Monde allait être organisée en visio en raison de la situation sanitaire actuelle. A l’époque, Maëlyn s’entraînait seule au club et il ne lui était pas toujours évident de trouver la motivation pour continuer à soulever des barres dans une salle complètement vide. Je savais que le CSN disposait d’infrastructures à Caen, que le projet était en place depuis quelques temps déjà. Très concrètement, les premiers échanges remontent à l’été dernier, nous avons de nouveau échangé avec Marc pour voir comment pourrait s’opérer l’accompagnement et le suivi de Maëlyn.

Vous connaissiez donc le CSN auparavant?

Mon parcours personnel fait que j’ai fréquenté le Lycée Laplace dans les années 90 lors de mon année de Seconde avant de partir pour l’INSEP. A l’époque, le Lycée accueillait quelques Pôles Espoirs. J’étais dans une classe aménagée avec les judokas et les footballeurs du Stade Malherbe, dont le centre de formation n’existait pas encore. J’avais également entendu dire en 2013 qu’une structure d’accompagnement plus poussée allait voir le jour. J’avais également été consulté par Marc pour équiper la salle de musculation du point de vue de l’Haltérophilie au moment de sa mise en place, parce que l’Haltéro est beaucoup utilisée aujourd’hui dans la préparation physique des sportifs. C’est donc assez naturellement que je l’ai récemment recontacté.

Romuald ERNAULT répond aux questions d’André DECAUDIN pour France 2 et l’émission Télématin

Quels changements pour Maëlyn au quotidien?

Du point de vue sportif, au delà du simple accès à la salle de musculation, elle profite d’une vraie ambiance d’entraînement : elle va s’entraîner en même temps que les handballeurs et handballeuses, il y a du monde, c’est beaucoup plus facile au niveau de la motivation.
Plus globalement, c’est très pratique pour elle puisqu’elle a tout sous la main et juste après les cours : que ce soit le médecin, le kiné ou encore les cours de soutien proposés par le CSN. D’ailleurs demain elle suivra un cours de soutien en Maths puisque sa dernière note était un peu faible.

Maëlyn prépare actuellement une compétition qui se déroulera le 19 décembre prochain à l’INSEP. Elle fera prochainement l’objet d’un reportage pour l’émission Télématin de France 2 (date de diffusion à venir).