Les actualités

Le CSN déploie ses ELLES

Samedi 19 février au Centre Sportif de Normandie (CSN) à Houlgate, une vingtaine de personnes, acteurs économiques, athlètes et responsables de structures sportives, mais aussi représentants de la formation professionnelle et élus locaux, étaient réunis pour le lancement d’une démarche collective baptisée « le CSN déploie ses ELLES».

A l’origine de cette initiative, un constat partagé par l’ensemble des participants à cette première table ronde : « Pour un athlète, qu’il soit féminin ou masculin, conjuguer études ou formations avec sport de haut de niveau c’est très compliqué. Mais les hommes qui percent dans leurs disciplines peuvent parfois en vivre, alors que pour une femme c’est quasiment impossible tant les salaires sont bas dès qu’il s’agit de sport féminin», a exprimé Jean-Manuel Cousin, président du Centre Sportif de Normandie (CSN).

Au cœur des échanges donc, la sécurisation des parcours scolaires et des formations pour les sportives, mais aussi leur intégration dans les entreprises du territoire.

« L’objectif c’est de construire un écosystème régional susceptible de permettre aux athlètes et structures sportives féminines normandes, de se développer vers le haut niveau. Le Centre Sportif de Normandie avec sa mission d’intérêt public et son nouveau projet de développement s’avère le support parfait d’un tel projet territorial », expliquent Sophie Gaugain, vice-présidente de la Région Normandie en charge du développement économique et Aline Louisy – Louis, vice-présidente au sport et la jeunesse.

Une vision très largement partagée par Karin Warin, co-fondatrice de N’Way (réseau d’entrepreneurs normands) et Déborah Peyruck, directrice générale de SOCOTEX, déjà très engagées pour la reconnaissance de la place des femmes dans la société et qui ont évoqué plusieurs leviers susceptibles d’être activés collectivement : « dans nos entreprises nous adaptons déjà régulièrement les rythmes de travail de nos équipes en fonction de certaines de leurs contraintes. Nous pouvons très bien recruter ou prendre en formation des sportives normandes, en organisant leurs missions pour leur permettre de s’entrainer dans les meilleures conditions et ainsi de performer », proposent les dirigeantes d’entreprises.

Autre axe de réflexion, la mise en place d’une plate-forme destinée à fluidifier la mise en relation parfois complexe, des athlètes avec les acteurs économiques.

« Pour avoir des résultats au haut niveau, il faut être bien dans sa tête ce qui est difficile quand on est constamment en train de se demander comment on va payer nos études, nos déplacements sur les compétitions ou même nos factures du quotidien. Une des seules solutions, c’est d’aller chercher des sponsors qui sont souvent les entreprises de notre région qui sont déjà très souvent sur-sollicitées », indique la boxeuse havraise Amina Zidani, 6 fois championne de France et qui visera une médaille en 2024 aux JO de Paris.

Enfin, impossible de ne pas évoquer l’égalité hommes/femmes et l’importance de normaliser la mixité au sein des structures sportives, comme c’est le cas au sein des Valkyries Normandie Rugby Club (VNRC),fruit d’une union entre l’ASRUC (Rouen Université Club) et l’Ovalie Caennaise. « Cela fait plusieurs années, avant même le rapprochement entre les deux clubs, que les différents staffs de nos équipes se composent systématiquement d’un coach féminin et d’un coach masculin », appuient Delphine Bunel et Cyrille Lloza, Présidente et directeur sportif de la toute récente entente régionale.

En attendant un prochain rendez-vous auquel devrait se joindre dans les prochaines semaines, de nouvelles têtes de réseaux et d’acteurs normands, un groupe de travail va se charger d’approfondir les thèmes de réflexion évoqués et de poser les bases de ce nouveau projet collectif et normand.

Les structures représentées :